Archives par mot-clé : démocratie

La Turquie de Ataturk à Erdougan…Progrès ou régression?

à croire le référendum organisé dernièrement en Turquie, le peuple serait majoritairement favorable au renouvellement de la constitution proposé par le chef d’Etat actuel. Faut-il en voir donc une avancée ou plutôt une régression?

Toutes les statistiques nous montrent que ces nouvelles mesures renforcent en réalité les pouvoirs du chef de L’Etat, qui pourra briguer des mandats présidentiels jusqu’à 2029, sans oublier une main mise sur les pouvoirs législatif et judiciaire! le poste du premier ministre disparaîtra et le président nommera les ministres qui ne seront plus responsables devant le parlement. Il nommera également douze des quinze membres du Conseil constitutionnel, ainsi que six des treize membres du Haut Conseil des juges et des procureurs, institution chargée de choisir le personnel judiciaire. le parlement avec plus de députés mais affaibli, etc.

Que peut-on donc déduire de cette démarche pourtant votée grâce à un référendum, d’une façon plus ou moins démocratique? Comment peut-on construire une société moderne et laïque en laissant tous les pouvoirs entre les mains d’un seul chef? que deviendront toutes ces valeurs républicaines et démocratiques jadis défendues par Atatürk et qui ont mis la Turquie sur une voie de progrès économique et idéologique?

Peut-on assister directement au retour de la dictature en Turquie, surtout que la société s’effrite et se fragmente entre des partisans de la réforme et des hostiles, rappelant les risques que pourraient engendrer ces changements qui seraient légalement votés et ne pourraient donc faire état d’un retour en arrière?

Cette situation n’est pas sans nous questionner sur l’efficacité de certains référendums pendant un moment déterminé, volontairement choisi par les gouverneurs ou les chefs d’Etat qui ne pourraient qu’être opportuns et opportunistes pour servir leurs propres causes! Pourquoi ce choix d’un référendum quelques mois après le coup d’Etat raté de juillet 2016 et qui a fait couler beaucoup d’encre, interrogeant déjà son authenticité?

dans la mesure où “Un référendum est un vote direct de l’ensemble des électeurs d’un Etat ou d’une collectivité locale qui se déterminent sur une proposition de nature législative ou constitutionnelle l’initiative du pouvoir exécutif ou des citoyens, selon les modalités définies par la loi. Les choix possibles étant oui ou non, le projet soumis au vote est soit accepté, soit rejeté, Le référendum permet d’obtenir l’aval du peuple sur les grandes questions de société ou institutionnelles”. Mais qu’en est-il des conséquences, surtout pour ceux qui votent par un “non” ou ceux qui s’abstiennent, etc?

Même si cette pratique nous rappelle la démocratie directe longtemps célébrée par les athéniens, (le référendum renvoie à la pratique démocratique ancienne d’Athènes du vote sur la Pnyx, cette colline qui recevait l’ecclésia et sur laquelle se prenaient, par un vote direct des citoyens présents, les décisions qui engageaient la cité, des grands travaux publics jusqu’à, même, la guerre), et qui nous permet de remettre en question la démocratie représentative souvent présente sur la scène politique aujourd’hui. Certes, cette pratique responsabilise les peuples et les renvoient à leur devoir de participer directement à la vie politique et à la tâche de gouverner, mais il s’agit en réalité d’un leurre et d’une illusion, car ce ne sont pas eux qui gouvernent réellement et tout dépend de ceux qui accèdent au pouvoir et aux responsabilités!

Il est évident par exemple que les turcs ont participé à ce référendum, on leur a donné la parole et ils se sont sentis réellement concernés par l’avenir politique, social et institutionnel de leur pays, mais en réalité, c’est Erdogan et son gouvernement qui mettront en exergue cette nouvelle réforme, qui ne fait que renforcer petit à petit les pouvoirs du chef et amincit au fur et à mesure ceux qui ont cru, par l’exercice libre et démocratique, imposer leur avis.

Pour l’essayiste américain Tim Kreider, nous n’en finirions pas, l’âge avançant, d’essayer de nous rassurer au dépens de nos contemporains, “de nos jours, nous n’en finissons pas de mesurer la justesse de nos décisions à l’aune de celles des autres” .

Le référendum est un procédé de démocratie semi-directe permettant aux citoyens de manifester eux-mêmes un choix politique, mais faut-il après que ce choix se concrétise loin des intérêts de ceux qui ont la véritable possibilité de prendre concrètement les décisions. Comme le disait Rousseau:
Tout est bien sortant des mains de l’Auteur des choses: tout dégénère entre les mains de l’Homme”.