En plein désert, pousse une plante verte…

Comme ces dunes qui ressemblent de loin à des montagnes

Ou ce sable qui embrasse l’or des vastes mines

Notre petite plante pousse au milieu de nulle part

Fertile, humide et tremblante dans ce silence inouï

Initiée aux gouttes de l’aube ambrée de parcelles du printemps

Naissance dans un espace hostile, elle défie les quatre saisons

Eternelle verdure qui intrigue les passants

Mille et une couleurs se dessinent dans ces feuilles dites mortes

Eternel retour de la vie, la douce amère vie

Notre espoir est aussi semblable à cette plante qui

Tisse les couleurs en dépit de l’inéluctable destin.

responsable…trop responsable…

Chassé apparemment du paradis, accusé sans cesse de tous les maux sur terre et maintenant, chassé de la Nature en plein printemps et les plus pessimistes annoncent son éventuelle disparition avec la destruction de la Terre, l’Homme devient-il cette créature maudite qui affronte son procès quotidiennement?

Et pourtant, il était décrit depuis sa naissance comme une créature exceptionnelle, douée de Raison et d’intellect et dans les religions, l’Homme était favori de Dieu.

Que s’est-il donc passé pour que l’Homme devienne cette espèce terrible et pointée du doigt? Pourquoi n’avait-il pas fait bon usage de cette prétendue raison qui lui était apparemment réservée?

Tout cela n’était pas qu’une illusion que l’Homme ne cessait d’avancer pour se réconforter et bien maîtriser les choses autour de lui? Et cet intellect, n’était-il pas, comme l’annonçait déjà Nietzsche, une simple convention sociale, un artifice qui lui permettait de vivre en paix avec les autres?

L’Homme n’a -t-il pas fait ce long parcours pour revenir à son point initial: la Nature et l’instinct?

Que s’est-il passé avec cette grande et puissante mère, belle, pure et authentique pour qu’elle cesse sa tendresse envers l’Homme et lui être hostile, en l’abandonnant à son propre sort?

Apparemment, L’Homme était chassé du paradis pour un péché, une faute morale, quelle était la raison aujourd’hui pour qu’il regarde le soleil et les couleurs du printemps de sa fenêtre et de son balcon?

L’Homme n’a apparemment pas pu assumer sa responsabilité et l’a déléguée à des forces économiques qui ne cherchaient que le simple intérêt financier, en poursuivant une course folle contre le mouvement habituel du temps et de l’espace. La Nature n’a cessé d’appeler l’Homme et il a fait le sourd. Il ne répondait pas et petit à petit il ne répondait plus. Il ne cessait de courir derrière cette illusion le plaçant au centre du monde et lui donnant l’autorité et le droit sur tout. Il remplace, il casse, il brise, il creuse et en creusant, il creuse la distance entre lui et la Nature. Le voilà, chassé de la Nature en plein printemps! Que peut-on lui souhaiter de plus?

En voulant s’installer au centre du monde, l’Homme s’est propulsé lui-même à l’écart, au plus bas du monde!

En voulant dominer la Nature, L’Homme a épuisé les derniers souffles de cette muse protectrice!

En voulant prouver sa suprématie sur les autres êtres vivants, l’Homme s’est retrouvé réduit au plus bas de la chaîne du vivant, il suffit de le surveiller en ce moment tout au long de la journée!

En voulant imposer son progrès technique, l’Homme s’est retrouvé suspendu de la tête et incapable de poser les pieds sur le sol!

En se vantant de sa grande raison, l’Homme a reçu le choc de l’imprévisible en pleine face et il n’en revient toujours pas!

En transformant tout, l’Homme est devenu lui-même ce bout de plastique périssable à tout moment et plutôt que prévu, en emportant avec lui les derniers signes de la beauté naturelle!

Toujours présent face à la consommation outrancière, il est aujourd’hui encerclé par tous ses produits, les regarde et ils ne peuvent même pas lui rendre ce regard!

En glissant de sa nature première, l’Homme a perdu sa trajectoire, car il voulait piller, détruire, dominer et imposer ses propres règles malgré ce cri strident de la Nature qui ne cesse de lui envoyer des alertes, et en un véritable moqueur, l’Homme poursuit dans une mise en scène quotidienne de ses exploits et ses dernières inventions, en cherchant à se détourner de sa condition misérable.

Ce texte n’est surtout pas un manifeste pessimiste contre l’Homme, c’est juste un constat sérieux et courageux pour dire que nous sommes responsables de ce qui nous arrive. Nous sommes condamnés à cette responsabilité si nous avons encore un espoir de mettre fin à cette longue comédie et mise en scène au nom de la grande Raison et au nom de toute suprématie humaine sur les autres espèces. Nous devons regagner notre place naturelle dans la chaîne du vivant. Nous devons poser les pieds sur la Terre ferme et cesser notre prétention et notre arrogance. Nous devons dépasser ce que nous sommes aujourd’hui pour devenir ce que nous sommes..