L’Islam et la Raison, le statut de la philosophie

En utilisant la méthode archéologique de Foucault, nous revenons sur les premiers conflits qui ont opposé la religion aux affaires de la raison, voire de la philosophie et nous pouvons ainsi relever à la fois des paradoxes, mais aussi des mailles de savoir qui peuvent nous aider à comprendre la situation actuelle. c’était d’ailleurs les grandes fouilles et les profonds questionnements qui ont poussé le philosophe Averroès à dévoiler, au moment où son statut politique le lui permettait, les méthodes de démonstration des dogmes de la religion musulmane. Lorsque Ibn Rochd achève ce traité(1) en 1179-80 (575 de l’hégire), il vient d’être nommé grand cadi(2) de Séville, nouvelle résidence des gouverneurs almohades d’Al-Andalous. Averroès cherchait alors “dans la perspective de l’examen juridique, si l’étude de la philosophie et des sciences de la logique est permise par la loi révélée, ou bien condamnée par elle, ou bien encore prescrite, soit en tant que recommandation, soit en tant qu’obligation”(3). Il aboutit donc aux conclusions que la Révélation nous appelle à réfléchir sur les êtres en faisant usage de la raison, et exige de nous que nous les connaissions par ce moyen. Ainsi, le verset “réfléchissez donc, ô vous qui êtes doués de clairvoyance“(4) par exemple peut être lu comme une déclaration univoque du caractère obligatoire de l’usage de la raison ou du “syllogisme rationnel et juridique”(5), et Averroès explique:

“Interdire des ouvrages de philosophie à ceux qui y sont aptes parce que l’on supposerait que c’est à cause de l’étude de ces ouvrages que certains hommes parmi les plus abjects se sont égarés, ne revient à rien de moins qu’à interdire à une personne assoiffée de boire de l’eau fraîche et agréable au goût, et que cette personne meure de soif, au motif que d’autres, en en buvant, ont suffoqué et en sont morts. En effet, la mort que l’eau produit par suffocation est d’ordre accidentel tandis que celle causée par la soif est d’ordre essentiel et nécessaire. Les accidents qui ont pu advenir par cette science(i.e.la philosophie) peuvent tout aussi bien advenir par toutes les autres. Que de docteurs de la loi pour qui la science de la loi fut cause (accidentelle) qu’ils péchèrent par défaut de continence et s’immergèrent dans la vie mondaine! Et c’est même le cas de la majorité d’entre eux, alors même que leur science requiert, par essence, la vertu pratique“.(6)

la philosophie, elle, requiert de surcroît la vertu intellectuelle, qui est encore plus difficile à acquérir.

Cette citation et ces paroles d’un philosophe du XIIème siècle sont incontournables pour la compréhension des événements idéologiques et contestataires au sein d’une approche religieuse de la réalité, et surtout pour la mettre en rapport avec l’interprétation rationnelle et scientifique du monde. C’est en se plaçant sur le terrain juridique, celui de la science et de la loi musulmane, que le philosophe (Averroès entre autres)pourrait ancrer sa pratique de la philosophie dans la réalité intellectuelle, religieuse et sociologique de son époque. Il s’agit alors de fonder en droit l’existence du philosophe dans la cité andalouse du XIIe. C’est grâce à cet effort juridique, qu’il allait surgir du sein même de la réflexion méthodique sur les sources de la loi révélée, une définition de la philosophie comme possibilité d’un discours humain qui ne puiserait sa vérité qu’en lui-même et non dans la Révélation, possibilité revendiquée et pleinement légitimée d’ouvrir un espace de pensée séculière dans une société musulmane médiévale. Ce n’est pas pour autant qu’on sacrifie la Révélation, bien au contraire, c’est sur elle que repose la possibilité d’un discours rationnel.

En suivant la démonstration d’Ibn Rochd, on assiste directement à la genèse d’un événement important dans l’histoire des idées, qui allait bouleverser deux aires mitoyennes culturelles: le judaïsme et la chrétienté latine…

1-Dévoilement des méthodes de démonstration des dogmes de la religion musulmane.

2-Il s’agit d’une des plus hautes charges de judicature de l’Etat.

3-Averroès, Discours Décisif (GF 871), trad.M.Geoffroy, Paris, Flammarion, 1996.

4-Coran, LIX, 2.

5- le “syllogisme juridique” (Qiyas) très proche du syllogisme d’Aristote.

6-3-Averroès, Discours Décisif (GF 871), trad.M.Geoffroy, Paris, Flammarion, 1996.