Gaza agonise


“Tout est question de point de vue”, une phrase qui renvoie à un relativisme combattu mais cette fois
cela tombe à pic, il s’agit à proprement parler d’une vue à partir d’un point. Les deux points ne s’installent pas ni spatialemement, ni temporellement, ni originellement du même côté. Et il ne faut donc pas chercher à les unir, à les converger, car ils sont comme ces deux droites parallèles en géométrie qui ne se touchent jamais ! Nous avons d’un côté une perspective dirigée inconsciemment par la culpabilité de l’horreur de la chowa et qui s’exprime sous forme d’un droit légitime d’Israël de protéger l’intérêt de tous les juifs. Cette perspective se traduit depuis presque un siècle par un silence et un soutien explicite pour les uns et implicite pour les autres de toutes les actions et de tous les actes de l’Etat israélien sur les territoires palestiniens. Pour comble, ces choix politiques sont nourris par de nombreux événements qui ont justifié cette perspective et ce soutien, en présentant une menace provenant de l’autre sous forme d’extrémisme religieux qui a frappé le monde et a semé haine et terreur. Dans ce cas, peu importe ce que fait Israël, son factitif sera toujours justifié.
De l’autre point, nous avons une vue qui est dépourvue de la culpabilité et qui voit en Israël un État sioniste colonisateur qui a envahi un autre État et qui ne cesse d’entreprendre un projet égoïste et injuste qui ne cherche qu’à défendre ses propres intérêts quite à massacrer et emprisonner tous ceux qui semblent s’insurger pour protéger leurs droits les plus basiques à la vie. La survie représente le but ultime pour ces palestiniens qui luttent quotidiennement pour manger, pour subvenir à leurs besoins et aux cris de leurs enfants, qui sont interdits d’éducation et de leurs droits fondamentaux.
Que faire alors? Nous avons appris depuis petits à soutenir une cause juste, à aider ceux qui sont dans une position de faiblesse. La justice n’est elle pas la force des faibles, disait déjà Calliclès.
Pendant ces temps tragiques que vivent certains peuples et hommes dans le monde, nous sommes tous appelés à voir les choses du seul point de vue de l’homme, de l’être humain que nous sommes. Il faut cesser d’être un sujet imprégné de notre histoire et de notre vision unilatérale même s’il est difficile de ne pas être subjectif. Mais notre devoir nous appelle tous à activer la raison et nous positionner en tant qu’Homme. Un véritable Homme qui doit condamner la guerre et toute forme d’injustice. Aujourd’hui nous observons tous le spectacle guerrier le plus horrible avec une technologie sophistiquée et mise en avant pour massacrer des enfants, des femmes, des familles et un peuple entier sous prétexte de  chercher les combattants de Hamas ! Pourtant  l’histoire nous a bien montré auparavant que les invasions sous prétexte de faire la chasse aux malfaiteurs et aux armes chimiques ont voué à l’échec et ont détruit des vies et des civilisations entières ! Nous nous contentons juste de qualifier d’erreur et de faute grave ce que nous aurions pu éviter.  Ce que fait l’Etat d’Israël aujourd’hui s’inscrit dans la même démarche de l’invasion américaine en Irak et nous savons d’avance que non seulement Israël ne pourra jamais éradiquer Hamas mais surtout qu’ils sont en train de détruire et d’anéantir un peuple entier (plus de 7000 morts à Gaza) et nous savons aussi que les conséquences seront catastrophiques pour tout le moyen Orient. Sans oublier bien sûr la haine et les traumatismes qui vont constituer la trame de l’inconscient de ces peuples.
Face à ce feuilleton obscur de l’humanité, chacun doit être responsable et doit condamner cette guerre et ces actes de terreur pour tout un peuple. Chacun doit être ce qu’il est, Homme. La vengeance et les intérêts économiques et politiques ne sont que de courte durée. Nous devons combattre quotidiennement ce monstre froid qui dévore l’humanité et la précipite vers sa fin. Nous nous rappelons juste de la vanité de toutes ces choses quand il s’agit de combattre un virus comme le covid 19 et toutes ces sensations que nous avons eues à ce moment là.
Notre devoir d’homme doit nous rappeler à la sagesse et transformer cet épisode malheureux en une issue durable de paix. Il est temps de songer à une solution : les palestiniens ont le droit de vivre dans un État indépendant et de sortir d’une souffrance et d’une injustice qui durent depuis environ un siècle.
Les enfants palestiniens doivent aussi avoir le droit à vivre en paix, à aller aux écoles et à profiter de traitements thérapeutique et psychologique pour les aider à se construire de l’intérieur et à se débarrasser de ces résidus de haine et de terreur traumatisantes. Et dans un premier temps cesser les frappes et leur permettre de respirer et de rester en vie. La guerre doit cesser pour permettre aux gens d’enterrer dignement leurs morts et de les pleurer, de soigner leurs blessés et de pouvoir se consoler! C’est le minimum des droits fondamentaux qu’il faut exiger pour ceux  qui ne cessent de proclamer ouvertement leur force et leur puissance capables d’effacer entièrement de la carte certains États au nom de leur raison d’Etat. La loi du plus fort n’est pas toujours la meilleure quand il s’agit d’une cause injuste et qui ne justifie en aucun cas une telle puissance. La véritable puissance c’est de se résigner à la raison et de se servir de la véritable arme de l’homme, la discussion, le dialogue qui sont capables d’entreprendre des actions plus justes et qui font la force et l’exception des hommes dans ces contextes. Aucun arsenal aussi sophistiqué qu’il soit ne peut égaler la puissance des mots et l’histoire n’a pas gardé les impacts de balle mais ces grandes phrases sages qui sont enseignées aujourd’hui sur les bancs de l’école. Peu importe l’injustice que nous vivons, on ne doit jamais répondre à l’injustice par une autre injustice et à la haine par une autre haine. N’est-ce pas le discours du grand Socrate, pourtant condamné injustement à la mort, il ne commet pas l’injustice en refusant de s’enfuir. C’est dans ce geste de dire non, de refuser des réactions émotionnelles sans aucun examen critique que résident le courage et la force de Socrate. Sa révolution s’inscrit dans cette décision qui a fait l’objet d’un examen rationnel et ne s’est pas précipité dans l’émotion de prendre à la légère une décision qui aurait pu faire de Socrate aujourd’hui n’importe qui, un quelconque. Mais Socrate est ce qu’il est aujourd’hui car il a agi en homme sage, en homme responsable et courageux.



Citer ce billet
Jalila Hadjji (2023, 27 octobre). Gaza agonise. Les contre-conduites. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n36z

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.