Constat d’ignorance

On lit dans L’Alcibiade, ce constat d’ignorance remarqué par Socrate dans son dialogue avec le personnage Alcibiade :

Socrate

à toi de considérer la chose en commun avec moi: touchant les choses que tu ne sais pas, mais que tu reconnais ne pas savoir, y a t-il de ta part, quelque flottement à leur sujet? Par exemple, les préparations culinaires, tu sais que c’est quelque chose que tu ne sais pas ?

Alcibiade

Hé absolument.

Socrate

Mais est-ce que touchant cela, tu as ton jugement personnel sur la façon dont ces préparations doivent se faire, et ton jugement est-il flottant? Ou bien t’en remets-tu à celui qui sait?

Alcibiade

C’est ainsi que e fais.

(…)

Socrate

Mais ne réfléchis-tu pas que c’est ton aveuglément à cet égard qui est aussi la causé de tes fautes de conduite : cet aveuglement qui consiste à s’imaginer que l’on sait ce qu’on ne sait pas?

(…)

Or, puisque ces gens- là ne sont, ni ceux qui savent, ni parmi ceux qui ne savent pas, ceux qui savent qu’ils ne savent pas, en reste-t-il d’autres que ceux qui ne savent pas, mais qui s’imaginent savoir?

(…)

N’est-ce pas par conséquent cet aveuglement qui est cause de mauvaises actions, et qui constitue l’ignorance digne de blâme?

Et quand il concerne les choses les plus importantes, n’est-ce pas alors qu’il est au plus haut degré malfaisant et honteux ?

(…)

Or, si chez toi il y a ce flottement, n’est-il pas clair, d’après ce qui précède, que non seulement tu t’aveugles à l’égard des choses les plus importantes, mais encore que, ne les connaissant pas, tu t’imagines les connaître?

Alcibiade

Il y a des chances que ce soit mon cas.

Socrate

oh! Oh! Alcibiade, dans quelle situation te trouves-tu alors? Une situation que j’hésite à désigner par son nom! Puisque nous sommes seuls, il me faut néanmoins le dire : tu cohabites, vois-tu, excellent jeune homme, avec une ignorance qui est la suprême ignorance, celle dont t’accuse notre entretien, et dont tu t’accuses toi-même! Voilà aussi pour quelle raison tu te rues, comme je le constate, vers la politique, avant de t’en être instruit! Or c’est une situation où tu n’es pas le seul à te trouver, mais aussi la plupart de ceux qui s’occupent des affaires de cet État -ci(…).

Voilà un texte culte qui résume la situation: le plus haut degré de la dangerosité d’une ignorance est celle qui se résume dans la situation de l’ignorant qui croit savoir et qui s’aveugle à l’égard des choses les plus importantes.

«Toutes les notions de l’humanité ancienne commencent par être comprises d’une manière grossière, lourde, superficielle, bornée, véritablement et tout particulièrement non symbolique, à un degré à peine imaginable pour nous. Dès le départ, le «pur» est simplement un individu qui se lave, qui s’interdit certains aliments entraînant des maladies de peau, qui ne couche pas avec les femmes malpropres du bas peuple, qui répugne au sang, rien de plus ou presque! Par ailleurs, toutes les manières d’une aristocratie essentiellement sacerdotale expliquent bien pourquoi c’est ici justement que les antithèses de valeurs ont pu très tôt s’intérioriser et s’exacerber dangereusement ; et de ce fait, elles ont ouvert des abîmes entre les individus, par dessus lesquels même un Achille de la liberté de pensée ne saurait sauter sans effroi…» 1, disait Nietzsche dans sa Généalogie de la Morale.

Le triomphe de l’homme vulgaire, de la morale des esclaves est la définition du nihilisme Nietzschéen, or que signifie la morale des esclaves à notre époque ? Que signifie le nihilisme nietzschéen dans l’aboiement quotidien de ces voix de haine réduisant l’autre à une source majeure des problèmes actuels ?

Il semble que la dite victoire de ces aboiements assourdissants dans un appel ultime nationaliste et puritain est en réalité un empoisonnement qui parcourt des corps et paraît pour certains irrésistible, son tempo et sa marche peuvent même désormais être de plus en plus lents, subtils et inaudibles.

Mais vous ne comprenez pas? Vous n’avez point d’yeux pour quelque chose qui a demandé beaucoup de temps et de préparation pour triompher? Rien d’étonnant à cela: les choses qui durent sont toutes difficiles à voir, à cerner. L’origine du mal est dans cette haine profonde de l’autre, cette haine qui crée des idéaux et qui retourne les valeurs. C’est cette même haine pourtant qui fait jaillir un amour. Cet amour sortira de cette haine comme sa couronne triomphante et montrera que la paix et la solidarité sauront résister à cette haine. En réalité, c’est à ce moment-là que nous détournons tout de son but initial et que nous ferons semblant que tout fonctionne dans le bon sens, tout en cachant par là même les origines de ce mal, c’est pourtant dans cette haine et dans ces discours vides que certains trouvent leur plaisir quotidien.

Toujours dans ce beau texte de La Généalogie de la Morale, Nietzsche nous dit:

«Sur un homme qui justifie l’Homme, un cas heureux qui accomplisse et sauve l’homme, au nom duquel on puisse maintenir la foi en l’homme!(…) Car c’est ainsi: le rapetissement et l’égalisation de l’homme européen recèlent notre plus grand danger, car cette vision épuise… nous ne voyons rien aujourd’hui qui aspire à plus de grandeur, nous pressentons que la pente est descendante, toujours descendante, vers toujours plus d’étroitesse, de mièvrerie, de malice, de confort, de médiocrité, d’indifférence, de chinoiserie, de sentiment chrétien – l’homme sans aucun doute devient toujours «meilleur»…Telle est bien la fatalité de l’Europe – cessant de craindre l’homme, nous avons aussi perdu notre amour pour lui, notre vénération pour lui, l’espoir en lui et même la volonté qu’il advienne. La vision de l’homme n’est plus que fatigue – qu’est aujourd’hui le nihilisme, sinon cela? … Nous sommes fatigués de l’homme…»2.

En attendant de lire Nietzsche, de le relire et de tenter de le comprendre, nous devons tous nous rendre disponibles pour ce constat d’ignorance et avant de haïr les autres, nous devons les connaître. Avant de haïr les arabes, Zemmour doit reconnaître qu’il les ignore et qu’il ignore qu’il ignore.

Quant à la politique qui dresse vulgairement les foules les unes contre les autres dans une perspective nihiliste, ce sera l’objet d’un autre débat et d’un autre questionnement.

1F.Nietzsche, Généalogie de la Morale, in Raphael Enthoven présente Nietzsche, Flammarion,2020.

2F.Nietzsche, ibid..



Citer ce billet
Jalila Hadjji (2021, 27 décembre). Constat d’ignorance. Les contre-conduites. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n36y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.