Lettre ouverte à Monsieur le président de la République tunisienne kaies saied

Monsieur le Président

Rien n’est plus important dans l’histoire d’un peuple que les rares moments où il se dresse tout entier pour faire tomber le régime qu’il ne supporte plus. Rien n’est plus important dans l’histoire d’un peuple que ce moment historique saisi pour dire non à la dictature et à l’injustice !

Ce moment a permis à ce peuple et à plein d’autres dans le monde de reprendre le pouvoir en criant un slogan qui sera peut-être un jour enseigné dans les manuels d’histoire : “dégage “.

Aujourd’hui, c’est avec amertume et regret que ce même peuple commence à renoncer à cet espoir dans des lendemains qui chantent! Et parfois certains regrettent même d’avoir fait une révolution pour aboutir à une telle situation !

Inutile de décrire les épisodes d’un feuilleton parlementaire, pour le moins catastrophique, qui nous fait vivre chaque jour une scène pathétique d’une dispute résumant à elle seule le tragi-comique de la classe politique dans ses manifestations les plus pathologiques. Une caravane parlementaire guidée par l’arrivisme et l’individualisme sans bornes de son président !

Je laisse la main aux journalistes pour bien meubler leurs pages quotidiennes par ces événements parlementaires dépourvus de tout sens de responsabilité.

J’écris cette lettre pour attirer votre attention sur la gravité de la situation et l’insistance de porter secours à ce peuple qui agonise face à ses droits sacrifiés et marginalisés.

Le premier droit, le droit à la vie avant toute chose, le droit à la santé et aux soins.

Aujourd’hui, dans des zones rurales abandonnées , des tunisiens souffrent et parfois meurent car ils n’ont pas ce fameux carnet CNSS, l’équivalent d’une carte vitale. À défaut de ce carnet ou de cette carte, des citoyens tunisiens préfèrent souffrir car le séjour à l’hôpital va leur coûter très cher et ils n’ont de quoi le payer. Parfois, on leur refuse l’accès et les soins en l’absence de ce carnet!

Nos hôpitaux doivent soigner tout citoyen admis en urgence sans l’interroger sur son carnet, le droit aux soins et à la santé est celui de tous les citoyens tunisiens !

Le deuxième droit, celui à une vie digne. Chaque citoyen a le droit à cette vie digne: un foyer ou un domicile, l’eau et l’électricité.

Aujourd’hui, des tunisiens n’ont toujours pas l’eau potable ni l’électricité et certains dorment dans la rue!

Qu’est-ce qui en coûte à l’État de supprimer aussi pendant ces temps de pandémie, ces temps durs, les factures d’eau et d’électricité pour ces tunisiens qui peinent à joindre les deux bouts !

Le troisième droit, le droit de chaque individu au travail. La véritable dignité est assurée par le travail qui permet à chacun de contribuer au processus de production dans son pays, de se rendre utile.

Une structure l’équivalent de pôle emploi doit aider les demandeurs d’emploi dans leur recherche d’emploi, elle doit les accompagner dans leurs démarches en leur proposant les formations nécessaires et des aides financières pour vivre dignement.

Aujourd’hui des diplômés, des docteurs et des chercheurs sont mis à l’écart faute d’argent alors que la Tunisie a bien besoin de ces diplômés dans son projet de construction.

Aujourd’hui des instituteurs et des professeurs recrutés et ils sont à leur deuxième année de travail sans avoir reçu un sou! Comment travailler dans de telles conditions ?

Pour ces droits et pour plein d’autres qui se trouvent bafoués et sacrifiés faute de moyens, chaque citoyen et chaque individu vivant dans ce pays, doit se sentir responsable.

Les premiers sont ces ministres et ces parlementaires qui doivent renoncer à leur grand salaire et à leurs avantages pour permettre à ces citoyens de vivre dignement.

La solution doit provenir de l’intérieur du pays, de chacun des citoyens : il faut recourir aux impôts, voilà la solution. Un impôt sur le revenu doit être fixé et sera payé par chacun dont le revenu atteint un certain niveau lui permettant de participer solidairement afin d’aider les autres qui peinent à se relever.

Une taxe d’habitation pour tous et une taxe foncière pour les tunisiens propriétaires pourront aussi compléter cette contribution.

Ces impôts doivent être exploités de façon juste pour réunir les tunisiens et leur permettre de vivre dignement et d’avoir à nouveau confiance dans leurs institutions.

Ils permettent des aides aux soins, au chômage, l’amélioration des écoles, l’infrastructure, les routes, les travaux des municipalités ( nettoyage, poubelles, espaces verts etc).

Monsieur Le Président

Je ne suis ni politicienne, ni journaliste, ce qui me pousse à écrire cette lettre, c’est mon amour pour notre chère patrie.

Nous voulons une Tunisie juste envers ses citoyens et cela n’est pas étrange à Carthage, une cité classée par Aristote comme ayant le régime le plus démocratique et juste depuis l’Antiquité.

Nous avons confiance en vous, vous œuvrez pour la justice et vous avez de grands principes pour protéger vos citoyens et construire un meilleur avenir pour ce peuple.

Et c’est ainsi le devoir pour chaque gouvernement de montrer à tous, aux obscurantistes, aux arrivistes, aux entêtés, aux aveugles dans quelles conditions comment et au nom de quoi l’autorité peut revendiquer pour elle le droit de mettre de l’ordre, de gouverner.

Le peuple tunisien vous a fait confiance à vous, aux pratiques judiciaires pour éviter tout scénario de dégénérescence.

Monsieur Le Président,

Je n’ai, bien entendu aucune autorité pour m’adresser à vous. Sauf la permission que me donnent ma citoyenneté et mon amour pour notre Tunisie. Nous savons tous que votre mission n’est pas l’une des plus faciles mais, nous vous prions de faire en sorte que ce peuple n’ait jamais à regretter la force sans concession avec laquelle il vient de se libérer lui-même pour qu’il poursuive à écrire son avenir.



Citer ce billet
Jalila Hadjji (2021, 29 mars). Lettre ouverte à Monsieur le président de la République tunisienne kaies saied. Les contre-conduites. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n36x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.