En attendant le grand soir…

Dans les Têtes de la Politique, “en attendant le grand soir “extrait de ses Dits et Écrits, Michel Foucault écrivait déjà : « il se peut que tous les monarques du monde- et sans doute avec eux tous les pères de famille- aient perdu la tête pendant la révolution mais il semble bien aussi qu’ils y aient perdu leur corps. Disparaît à ce moment là, ce miracle de la théologie et de la politique, le royaume incarné, le temple matériel de la souveraineté, le sang précieux, le foyer d’où rayonnent tous les signes du pouvoir (…) naît la foule des figures politiques ».

Foucault revient dans cet article sur l’aménagement de la société comme milieu de bien-être physique, de santé optimale et de longévité et sur l’exercice de trois fonctions (ordre enrichissement, santé ) qui est assuré moins par un appareil unique que par un ensemble de règlements et d’institutions multiples qui prennent au XVIII ème siècle le nom générique de « police”.

En lisant cet article, plusieurs éléments sont récupérables pour analyser la situation sanitaire et sociale aujourd’hui au-delà des chiffres réducteurs annoncés tous les jours et accompagnés de mesures acceptées ou refusées par la population. Il s’agit d’un travail profond de Foucault sur les corps des individus et de la population en tant que porteurs de nouvelles variables plus ou moins utilisables, plus ou moins susceptibles d’investissements rentables, ayant plus ou moins de chances de survie, de mort ou de maladie plus ou moins capables d’apprentissage efficace. C’est que les traits biologiques d’une population deviennent des éléments pertinents pour une gestion économique et il devient donc nécessaire d’organiser autour d’eux un dispositif qui n’assure pas seulement leur assujettissement, mais la majoration de leur utilité.

Foucault revient ainsi sur le rôle de la médecine comme technique générale de santé comme service des maladies et art des guérisons et qui commençait déjà à prendre une place de plus en plus importante dans les structures administratives et dans cette machinerie de pouvoir qui ne cesse au cours du XVIII ème siècle de s’étendre et de s’affirmer. Le médecin prenait alors pied dans les différentes instances de pouvoir et l’administration comme point d’appui et parfois comme point de départ aux grandes enquêtes médicales sur la santé des populations et en retour, les médecins donnent une part de plus en plus grande de leur activité à des tâches à la fois générales et administratives qui leur ont été fixées par le pouvoir. C’est à ce moment, nous dit Foucault, que commence à se former un savoir « médico-administratif qui a servi de noyau originaire à « l’économie sociale » et à la sociologie du XIX ème siècle. C’est aussi là où se constitue une emprise politico- médicale sur une population qu’on encadre de toute une série de prescriptions qui concernent non seulement la maladie, mais les formes générales de l’existence et du comportement (l’alimentation, la boisson, la sexualité, la fécondité,la manière de s’habiller, l’aménagement du type de l’habitat, etc). Par cette interprétation du politique et du médical, Foucault déduit alors le plus de pouvoir dont benificie désormais le médecin à travers sa présence de plus en plus nombreuse dans les académies et dans les sociétés savantes, sa participation très large aux encyclopédies et sa présence à titre de conseiller auprès de représentants du pouvoir. Des médecins qualifiés pour prendre ou pour suggérer des mesures autoritaires et le rôle joué par plusieurs médecins comme programmateurs d’une société bien régie.

Dans cette nouvelle organisation politico- médicale, le médecin devient le grand conseiller et le grand expert, « sinon dans l’art de gouverner du moins dans celui d’observer, de corriger d’améliorer le « corps » social et de le maintenir dans un état permanent de santé »*(ibid).

Foucault fait le lien entre l’émergence de la population avec ses variables bio-médicales de longévité et de santé , l’organisation de la famille étroitement parentale comme relais de médicalisation et l’enchevêtrement médico-administratif autour des contrôles d’hygiène collective. Dans cette structure apparaît alors l’hôpital comme « fragment d’espace fermé sur soi, lieu d’internement et des maladies, architecture solennelle mais maladroite qui multiplie le mal à l’intérieur sans empêcher qu’il se diffuse à l’extérieur, un foyer de mort pour les villes où il se trouve situé »*(ibid).

L’hôpital tend donc à devenir dans cette organisation, un élément essentiel dans la technologie médicale, non seulement un lieu où on peut guérir mais un instrument qui, pour un certain nombre de cas graves, permet de guérir. L’hôpital articule à la fois, selon Foucault, le savoir médical et l’efficacité thérapeutique. Apparaît alors l’idée que l’hôpital doit servir par là même comme structure d’appui à l’encadrement permanent de la population par le personnel médical. Il est aussi un instrument thérapeutique pour ceux qui y séjournent et il contribue par l’enseignement clinique et la bonne qualité des connaissances médicales à l’élévation du niveau de santé de la population.

Foucault conclut alors avant d’évoquer la crise de la médecine qu’ avec le plan Beveridge, la santé se transforme en un objet de préoccupation pour les États, non pas pour eux-mêmes, mais pour les individus et le droit de l’homme à maintenir son corps en bonne santé devient ainsi l’objet de l’action étatique. Le concept de l’ État au service de l’individu en bonne santé se substitue au concept de l’individu en bonne santé au service de l’ État.

La santé est désormais intégrée dans les calculs macroéconomiques et la redistribution économique ne dépend pas de l’impôt mais du système de régulation et de la couverture économique de la santé et des maladies. C’est ainsi que la santé, la maladie et le corps commencent à avoir leurs bases de socialisation. Autrement dit, ils se convertissent en un instrument de la socialisation des individus. La santé devient alors une véritable lutte politique et le corps devient l’un des principaux objectifs de l’intervention étatique, l’un des grands objets que l’État lui-même doit prendre en charge.

Foucault nous dit qu’ à partir du moment où la médecine assumait ses fonctions modernes , grâce à l’étatisation qui la caractérise, la technologie médicale expérimentait l’une de ses rares mais immenses progrès. “La découverte des antibiotiques, ajoute Foucault, c’est-à-dire la possibilité de lutter pour la première fois de manière efficace contre les maladies infectieuses, est en effet contemporaine à la naissance des grands systèmes de sécurité sociale”.**

La crise de la médecine apparaît alors selon Foucault avec la manifestation de deux phénomènes : le progrès technologique ( lutte contre les maladies) et le nouveau fonctionnement économique et politique de la médecine.

Foucault remarque que la médecine, et depuis au moins le XVIII ème siècle, constitue une activité sociale et médecine dite clinique et individuelle est un simple mythe avec lequel on a défendu une certaine forme de pratique sociale de l’individu, à savoir l’exercice privé de la profession:

” Depuis le XVIII ème siècle, la médecine et la santé furent présentées comme un problème économique. Il ne faut pas oublier que la première grande épidémie étudiée en France au XVIII ème siècle et qui donna lieu à une collection nationale de données n’était pas réellement une épidémie, mais en réalité une épizootie, c’est un taux de mortalité catastrophique dans un certain nombre de troupeaux du sud de la France qui a fortement contribué à la constitution de la société royale de médecine. L’académie française de médecine est née d’une épizootie et non pas d’une épidémie. Cela montre que ce sont bien les problèmes économiques qui motiverent le début de l’organisation de la médecine ” **

Références:

* Michel Foucault, Dits et Écrits, 1976- 1988 « les têtes de la politique » in wjiaa en attendant le grand soir, Paris Denoël 1976 p.7- 12.

**Dits et Écrits, Crise de la médecine ou crise de lanti- médecine, janvier, Avril 1976,pp.197-209( première conférence sur l’histoire de la médecine, institut de médecine sociale, université d’État de Rio de Janeiro, centre biomédical, octobre 1974 ).



Citer ce billet
Jalila Hadjji (2020, 30 décembre). En attendant le grand soir… Les contre-conduites. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n36w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.