En plein désert, pousse une plante verte…

Comme ces dunes qui ressemblent de loin à des montagnes

Ou ce sable qui embrasse l’or des vastes mines

Notre petite plante pousse au milieu de nulle part

Fertile, humide et tremblante dans ce silence inouï

Initiée aux gouttes de l’aube ambrée de parcelles du printemps

Naissance dans un espace hostile, elle défie les quatre saisons

Eternelle verdure qui intrigue les passants

Mille et une couleurs se dessinent dans ces feuilles dites mortes

Eternel retour de la vie, la douce amère vie

Notre espoir est aussi semblable à cette plante qui

Tisse les couleurs en dépit de l’inéluctable destin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.